Rétro 2013 : Top 5 des musiques qui font du bien aux oreilles

Ouuuuuuuui on est le 31 janvier, les rétrospectives ont commencé depuis le début de décembre – la mi-décembre pour la fameuse rétrospective de Facebook, comme si aucun événement d’une envergure interplanétaire pouvait vous arriver entre le 15 décembre et le 31 janvier -, je suis donc grave à la bourre, mais parce que c’est vous parce que c’est moi, vous allez y avoir droit. Ce sont des morceaux qui ont fait mon année, pas forcément sortie en 2013, donc l’occasion de découvrir ou redécouvrir des sons cools. 

Top 5 des musiques instrumentales :

1. The End of an Era – Mass Effect : Citadel

Le 5 mars dernier, on a chialé comme des madeleines sur Mass Effect Saga : l’appréhension qui nous secouait – il faut avouer que les deux autres DLC proposés, Omega et Leviathan, étaient de qualité inégale, surtout Oméga, donc nous avions peeeeuuurr – a laissé place au soulagement et surtout au sentiment que okay, BioWare ne s’était pas foutu de notre gueule avec Citadelle, et avait conclu la trilogie Shepard de manière magistrale, avec les adieux que nous attendions depuis un an, et que nous n’avions pas réellement eu, en dépit de l’extended cut. Justice a été rendue, et le DLC Citadelle doit être le seul contenu à proposer du fanservice sans que cela ne soit un gros mot. D’aucuns pensent que Citadel aurait dû marquer la fin de Mass Effect, et que si l’on souhaite une fin satisfaisante, il suffit de s’arrêter au DLC et de ne pas embarquer pour la mission Cerberus. En dehors de l’histoire et des personnages, la musique a été plus que soignée, et je suis particulièrement friande de The End of an Era et Farewell and into the inevitable. J’ai préféré The End of an Era, beaucoup plus épique.

Pour les petits curieux qui n’auraient pas fait le jeu, la trilogie est actuellement à un prix assez dérisoire – oui bon okay j’ai payé plein pots la version trilogy ET la version digitale deluxe plz – sur Origins, et la bande-son de Citadelle est disponible gratuitement sur le BioWare Social Network, pour peu que vous ayez un compte origin lié avec votre jeu – ce qui ne va pas sans l’autre en fait -.

 

2. Cloud Atlas Finale – Cloud Atlas

Le dernier film de Lana et Andy Wachowski, et Tom Twyker, est un chef-d’oeuvre. Non seulement pour la prouesse d’avoir adapté le bouquin assez imbitable de David Mitchell, Cartographie des Nuages, le tour de force d’avoir des acteurs principaux qui assument 7 rôles – et quels acteurs, mon vieux -, mais aussi pour la réussite totale d’avoir proposé un film beau et pour une fois pas prétentieux. On se souvient du monument qu’est la trilogie Matrix, d’une grande intelligence, mais assez hermétique pour quiconque ne s’intéresse pas en profondeur à la philosophie. Cloud Atlas nous parle d’amour. Et comment il régit notre existence. Alors oui, Cloud Atlas est long – pas loin de trois heures -, mais Cloud Atlas est beau, et mérite qu’on s’y intéresse. Pour conclure l’oeuvre en elle-même, un morceau magnifique – la musique a aussi une place cruciale dans le scénario -, le Finale, qui donne des frissons. Plein.

 

3. Jodie’s Suite – Beyond Two Souls

Ah bon Dieu. Ce jeu je l’ai attendu, j’en étais amoureuse avant la sortie, et je suis restée perplexe devant la narration – on aura l’occasion d’y revenir bientôt, dans une autre retrospective qui sera sans doute publiée en 2014, je fais ce que je veux d’abord -. Mais s’il y a bien une chose qui met tout le monde d’accord sur ce jeu, c’est bien la qualité de sa bande-son. Epique, cinématographique, pleine d’émotions. Lorne Balfe, qui a remplacé au pied levé Normand Corbeil – paix à son âme, son travail sur Heavy Rain seul doit inspirer le respect – a livré un travail magistral. Ca s’écoute sans fin. C’est beau et intense. Bref, pas grand chose à dire dessus si ce n’est stérile dithyrambe.

 

4. Gravity – Gravity

Le finale de Gravity, le tour de force du mexicain Alfonso Cuàron : un scénario qui tient sur une feuille de PQ, mais des acteurs charismatiques, un suspens insoutenable, des images incroyables et une bande-son absolument épique. C’est l’âme de ce film – parce que c’est bien connu, dans l’Espace personne ne vous entend crier, alors bon, jouer du violon hein… – et ce finale est à couper le souffle – enfin bon, concrètement, l’ensemble de la soundtrack est très bon.

 

5. Concerto pour violon en Ré Majeur op. 35 – Le Concert

On y revient à nos violons. Alors oui, j’ai surkiffé le Concert – Comment ça parce que y a Mélanie Laurent dedans? JE VOUS AI ENTENDU AU FOND DE LA SALLE -, film sans trop de prétention de Radu Mihaileanu cestduraecriredisdonc, mais au final très frais (wesh t’es fraîche avec ton violon) et feel good. Evidemment le clou du spectacle réside dans cette oeuvre de Tchaïkovski. Si le film est sorti il y a un moment, c’est sympa à écouter. Et puis ça vous permet de briller en soirée mondaine. Boum. Et puis régal des oreilles à 4:34.

 

Mais comme on n’a pas toujours envie d’écouter des trucs instrumentaux certes plein d’épique, voici venu le temps des rires et des chants :

 

Top 5 des morceaux dépressifs mais avec des paroles :

1. Delirium – Epica

Le groupe néerlandais a fêté sa décennie d’activité avec un pestacle grandiose nommé sobrement Retrospect, avec un orchestre et des choeurs, et c’était magnifique – pour 8€, on avait accès au concert comme si on y était, ce qui économise fortement le train et l’hôtel, ainsi que les kilomètres de cheveux que j’aurais dû me coller pour pouvoir headbanger dignement, en HD et tout le tralala. Ce qui m’a permis de découvrir pas mal de chanson et d’enfin apprécier le grunt. Parce que bon, c’est problématique. Delirium parle de la dépression. Mais avec la voix de Simone Simons – oui bon on choisit pas toujours -, je serais prête à m’y plonger, personnellement.

 

2. Lost Cause – Ellen Page / Beck

Imaginez le HASARD du calendrier, je me suis fait larguer comme une merde quelques jours avant la sortie de Beyond Two Souls. Et en plein milieu du jeu, lorsque Jodie est recueillie par des sans-abris le temps d’un des chapitres les plus heureux de son existence, en tout cas le plus tolérant, elle met la main à la pâte, emprunte une guitare et se met à chanter. C’est donc Ellen Page, dont l’habileté guitaresque est déjà remarquable dans Juno, qui s’occupe de tout. Petit indice, si vous choisissez cette méthode pour gagner de l’argent, vous remporterez la plus grosse somme. Et à vrai dire, on comprend facilement pourquoi. Il s’agit donc d’une reprise de Beck, Lost Cause, et cette chanson m’a beaucoup aidée. En tout cas accompagnée. Pendant le processus de deuil. – Par contre la rage est toujours là :’)

 

3. Pompeii – Bastille

Tiens, un morceau non dépressif. Il n’y a pas d’histoire particulière derrière ce morceau, si ce n’est qu’il m’a accompagnée pendant toute la GamesCom et que je suis assez reconnaissante à Pandora de m’avoir fait découvrir ce morceau et ce groupe – et vous devrez la revoir bientôt, tout dépendra de nos projets. – Bon j’ai rien compris au clip, mais c’est cool. Quant aux paroles, il y aurait de quoi commenter. Summum de la cooolitude ? Bastille a sorti un morceau génial, intitulé Laura Palmer. #TwinPeaks

 

4. Lili – Aaron

Ressortez les mouchoirs, je ressors le morceau qui prend la poussière. Lili date de la sortie de Je Vais Bien Ne T’en Fais Pas, ENCORE UN FILM AVEC MELANIE LAURENT, adapté du bouquin éponyme d’Olivier Adam. La voix grave, le clip extrêmement sobre, la mélodie entêtante. J’ai une histoire personnelle avec cette chanson. Et c’est surtout une plaie à chanter sur Singstar, croyez-moi. Surtout quand vous êtes bourré. A Noël.

 

5. Don’t Leave Me Now – Supertramp

Le dernier morceau qui aura tourné en boucle dans mon SPOTIFY – et encore vous avez échappé à DOMINIQUE NIQUE NIQUE d’American Horror Story, en partiels c’est l’enfer -est là encore extrait d’un film, ma dernière grosse tranche de poilade de 2013, j’ai nommé Les Garçons et Guillaume à Table ! de l’excellent Guillaume Gallienne, de la Comédie Française plz. Cette scène juste énorme où il se prend un vent de son crush, en plein coeur d’un pensionnat anglais que j’aurais bien aimé connaître. Bref, un film à aller voir en cette fin d’année, avec tout un tas de bonnes musiques.

 

Bon, on aurait pu conclure en spéculant sur mon état mental, mais sachez que je me réserve une petite playliste GLEE bien dégueulasse pour les moments de grosses déprimes. Et en fait, pas mal de leurs reprises sont cools. MAIS CE SERAIT POUR UN AUTRE JOUR. D’ici là, enjoy ! – Et gaffe aux petits fours è_é

 

Publicités

Une réflexion sur “Rétro 2013 : Top 5 des musiques qui font du bien aux oreilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s