[N7 Day ?] Remember remember the 7th of November…

Le 7 novembre. Deuxième année où les fans de l’extraordinaire saga Mass Effect communient ensemble, à travers le monde. N7, le grade de votre héros, le commandant Shepard. 6 ans déjà, que BioWare et EA nous ont emmené dans les tréfonds de l’univers pour protéger la galaxie de la menace des Moissonneurs. C’est une commémoration, où l’on se souvient des meilleurs moments, comme des pires – la fameuse polémique sur les fins, pour ne citer qu’elle -. Ce sera l’occasion pour moi de revenir sur ce jour très particulier, ce jeudi 7 novembre de l’an de grâce 2013.

Je ne reviendrai pas sur la saga. Des gens bien mieux que moi l’ont fait sur Mass Effect Saga. Je dirais simplement pourquoi je la porte particulièrement dans mon coeur. Ce n’est pas une simple série vidéoludique qui a réussi à m’émouvoir – et bien peu de jeux ont réussi ce tour de force, excepté Beyond: Two Souls -. Mass Effect a permis des révélations sur de nombreux étages, dans ma misérable existence. Ca a été pour moi l’occasion de découvrir la force d’une communauté. Non pas son impact lors de polémique – ça suffit de traîner sur Twitter pour le voir -, mais bien cette entraide, cette émulation, lorsque l’on est tous ensemble. A l’époque on m’avait dit, lors de mon acceptance speech au poste d’administratrice de Mass Effect Saga, que je m’étais fait avoir, et que ce serait un cadeau empoisonné. C’est sûr que reprendre un site qui battait de l’aile n’était pas un petit défi. Et pourtant. 646% de visiteurs uniques supplémentaires en un an plus tard – eh oui je me la pète -, Mass Effect Saga est devenu ce qu’il est. Et j’en suis fière, comme une mère peut être fière de son enfant. Et heureusement pour moi, je n’ai pas été une mère célibataire : j’ai toute une équipe – que je ne nommerai pas personnellement, ils savent très bien ce que je pense d’eux – derrière moi, pour prendre le relais, faire le sale boulot, mettre la main à la pâte et faire en sorte de rester au top.

Je suis fière d’appartenir à cette communauté. J’ai vu des gens se révéler, atteindre certains de leurs rêves sur Mass Effect Saga. J’en ai moi-même accompli quelques uns. J’ai rencontré des personnes exceptionnelles, j’y ai croisé l’amour au coin de la chatbox, comme je me suis confrontée au désespoir de la rupture, avec cette toile de fond, permanente et bienveillante. Je serais éternellement reconnaissante à la communauté, à EA et BioWare, toutes ces personnes du monde professionnel qui m’ont donné envie de tout lâcher pour devenir Community Manageuse. Voilà. C’est grâce à vous. Chris, Jessica, François-Xavier, Greg, Alex, Florian. Tous les autres que j’ai rencontrés grâce à vous. Jérôme. Clément. Tous ces noms pour qui j’ai beaucoup d’affection et que je rencontre toujours avec joie dans les salons et les événements communautaires. Sans oublier Audrey, parce que GentleGeek fait aussi partie de ma vie, et j’en suis vraiment heureuse. En fait c’est comme la putain de toile dans The L Word. Tout est lié à Mass Effect Saga. Mon ascension au sein de Community Network. Mon revirement d’orientation, après une « brillante » quoique courte carrière littéraire. Mes balbutiements professionnels.

salle de réunion EA

Maintenant que le bébé a grandi, qu’il est devenu un beau jeune homme qui a pris son essor, qu’ai-je encore à lui apporter? Peut-être qu’il est temps de le regarder avec tendresse et d’accepter de le laisser partir. Sans moi. Mais on n’oublie jamais ses parents, n’est-ce pas? Je l’espère. Il me faudra trouver un héritier. Et passer à des choses impliquant de nouvelles responsabilités. Peut-être plus ambitieux. Avec toujours au coeur de mes préoccupations, la communauté. En devenant chef de projet plutôt que Community Manageuse. Aujourd’hui, la perspective de changer certaines choses et prendre à bras le corps un nouveau projet qui me tient à cœur, me donne cette terrifiante impression d’être au bord d’un gouffre, prête à faire un saut dont l’issue reste incertaine. Je sais qu’au fond, je ne serai pas seule. Mais serais-je encore à la hauteur et capable d’assumer trois tâches de front ?

20121031_122413

 

Cet article n’a rien d’un Tchao Pantin. Il s’agit d’une simple réflexion. Et comme une mère, jamais je ne quitterai mon gamin des yeux. Même une fois qu’il sera dans la vie active.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s