[#SupDeWeb] Un buzz, mais qu’est-ce donc?

Si vous avez pris la peine de lire mon époustouflante page de présentation, vous n’êtes pas sans savoir que je suis étudiante à #SupDeWeb, l’école des métiers du web. Je vais donc inaugurer une partie un peu spéciale de mon blog, un chapitre à part, qui concernera l’école, donc un peu de high-tech, un peu de marketing et de culture digitale. Ne vous inquiétez pas, ça ne mord pas. Je vais vous parler, dans cet article, du phénomène du Buzz sur internet.

 

Qu’est-ce qu’un buzz ?

Bzzz bzzz, fait l’abeille, et c’est ainsi que le grand pape de la définition, j’ai nommé wikipedia, définit le buzz marketing : faire du bruit autour d’un événement. Sauf qu’aujourd’hui, on parle plus souvent d’un buzz viral que du buzz marketing traditionnel. Le buzz utilise des vecteurs – ou des médias – comme les réseaux sociaux, les médias sociaux – qui ne sont pas à confondre, jeune imprudent ! – pour communiquer sur un événement ou autre sortie de marque.

Sache qu’il y a différents types de buzz, dont deux vont particulièrement retenir notre attention : 

– celui qu’on connaît, positif, et qui reste dans les annales, parce qu’il est hilarant, bien fait et original.

le bad buzz, le mauvais, le bide, celui qui entache la réputation d’une entreprise, que l’on préfère oublier et que l’on évoque en se raclant la gorge, avec un air gêné.

A savoir que finalement, le buzz qui fait le plus parler de lui est celui qui est provoqué involontairement. Les codes sont mouvants, le buzz frappe vite et fort (plusieurs milliers, millions, milliards de vues), mais il est bien souvent éphémère. Et bien malin celui qui pourrait donner précisément les codes du buzz – s’il y avait une recette magique, il n’y aurait pas de bad buzz. Compte sur l’impertinence, le décalage, joue avec les mèmes des internets, fais un beau pot-pourri de tout ça, saupoudre le tout de pas mal de chance, et tu obtiendras peut-être un buzz. Mais rien n’est garanti. Le mieux est de se doter d’exemples.

Exemples de buzz

Eh oui, le plus gros buzz du monde, champion toutes catégories : le Gangnam Style, du coréen PSY. En quoi reconnaît-on que c’est un bon buzz? Parce que ça ressemble à un clip cheap, parce que le mec ne se prend pas au sérieux? Parce qu’il y a des jeunes filles en petite tenue? Parce que c’est la danse du cheval? Voici ce que répondrait Cricket Rockwell, du Coeur a ses raisons :

Non. C’est sans doute un ensemble de ces différents éléments, mais on reconnaît que c’est un bon buzz qu’a posteriori : parce que même si on est réfractaires aux buzz et autres vidéos virales, on ne peut pas s’empêcher de regarder, et de secrètement devenir addict, un peu comme cette salo… ce clip fabuleux de Carly Rae Jepsen, qui reste dans la tête toute la journée. Autre détails : Gentleman, l’héritier du buzz Gangnam Style n’aura pas fait la moitié du succès de son aîné, en dépit d’une apparition de Michel Denisot dans les premières secondes. Enfin, quand des millions de personnes reprennent la danse du poney – même le Commandant Shepard herself -, on peut estimer que c’est réussi.

Bad Buzz qui sent pas bon – qui sent même le sapin hin hin hin -, celui de Cuisinella, plein d’un goût douteux, je te laisse juger par toi-même, ami lecteur – quelle jolie métalepse :

Bon, comment expliquer ce malaise? Sans doute parce qu’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde, et la mort, les fusillades en pleine rue, ça ne rappelle pas que des bons souvenirs, que ce soit en France ou dans le Monde. Ensuite, qu’on voit très mal le rapport avec Cuisinella. Bref, le mauvais goût, qu’on peut prendre pour de l’audace en brief market’ peut allécher, mais s’il n’est pas manipulé avec précaution, aura l’effet d’un pétard mouillé dans le meilleur cas, ou sera la bombe à retardement dans le pire des cas – tant et si bien que la direction a dû s’expliquer, où ils se rendent compte qu’ils « sont allés trop loin ». Voilà voilà. Bon, il est aisé d’imaginer que toute cette joyeuse bande de gens flingués en pleine rue sont en réalité des acteurs. Sans quoi Cuisinella ne vaut pas mieux qu’Activision en mettant des innocents en danger. Mais c’est un autre débat que vous pouvez poursuivre ici.

Pour conclure, définir un buzz, le décortiquer et essayer d’en extraire son essence est finalement que très peu pertinent : le buzz se vit, il surgit des méandres du net plutôt que dans le cerveau des marketeux, qui vont finir par sortir une vidéo de chats – sauf votre respect messieurs, quand on voit que le premier résultat dans la recherche « buzz marketing » de YouTube nous renvoie aux chats de Bouygues Télécom, il y a de quoi se désoler -. Il est très peu calculable, et on voit où certaines tentatives ont mené. Donc n’essayez pas ça chez vous. Enfin si. Et en général, ça donne ça :

 

Des millions de vues, certes. Mais à quel prix? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s