[Actualisé] Paris Games Week 2013 : why Activision, why ?

La Paris Games Week est le salon français du jeu vidéo, qui se tient tous les ans à la Porte de Versailles à Paris. Rendez-vous du gamer qui a la dalle, prêt à faire la queue pendant 7 heures pour jouer 7 minutes de Call of Duty qui sort la semaine suivant le salon – véridique, édition 2012 -, où se mêlent les caricatures geeks et les grands acteurs du monde du jeu vidéo. Retour sur la soirée presse, dont la seule réelle surprise – nauséabonde – ne nous vient pas du salon en lui-même.

130801_pgw

Au-delà de l’organisation paradoxale dans sa politique de distribution des passes et de la mise à disposition des parkings – un seul sur six disponibles pour la soirée presse -, des enfants en bas âge et des adolescents qui doivent sans doute être des légendes du blogging ou de la presse vidéoludique, des line-up éditeurs relativement faibles – à part Watch_Dogs, The Crew et Destiny -, on relèvera la mise en place d’un espace réservé aux juniors, à l’écart des bulldozers PEGI 18 et d’une mise en avant du savoir-faire français, ainsi que le retour des espaces de conférence.

Il n’a jamais été de mise d’attendre des révélations majeures lors de la Paris Games Week – ou du, mais pour moi une semaine reste féminine, donc ce sera la – : le salon se déroulant fin octobre, les plus gros éditeurs ont bouclé – ou presque – leurs jeux majeurs de fin d’année – Assassin’s Creed IV pour Ubisoft, Batman Arkham Origins pour Warner, Battlefield 4 et Fifa 14 pour EA, j’en passe et des meilleures -, on attend tranquillement que l’année se termine et que le renouveau printanier arrive, au détriment du public français, condamné à jouer à des softs qui sortiront dans la foulée. Et contrairement à la GamesCom et à l’E3, la Paris Games Week reste un événement national, même si le S.E.L.L. (syndicat des éditeurs de logiciels de loisir) cherche à faire de l’événement un rendez-vous incontournable, avec les mêmes prétentions que le salon allemand, et les éditeurs n’avancent aucune annonce majeure, ce qui est somme toute logique – et faire du réchauffé de la GamesCom, ce serait dommage.

Mais ce qu’on retiendra de cette soirée presse, c’est l’inconscience d’Activision. A ce stade, on peut parler d’inconscience, et de stupidité, lapalissade histoire de bien enfoncer le clou. Pour rappel, Activision a organisé pendant la Milan Games Week un concours, où les 500 premiers fans à se pointer sur le stand pouvaient remporter une édition ultra collector de Call of Duty : Ghost, estimée à pas moins de 200$. Un stand décimé et un bad buzz plus tard, l’éditeur remet ça à la Paris Games Week. A l’heure où nous sommes sortis du parc des expositions, autrement dit à 1h, les 500 premiers fans étaient là, véritable marée humaine enfermée entre deux barrières tremblantes sous la pression, et ce, depuis 21h. Beaucoup parient sur une future émeute, la réponse sera faite demain dès 9h, même si l’organisation de la PGW tente de communiquer sur l’événement, pour réduire le nombre de déçus qui auraient idée de se pointer à 4h du matin.

pgw

Ce n’est pas le fanboyisme que je remets en cause. Pour avoir filmé et échangé un peu avec ces fans de l’extrême, l’ambiance est relativement « bonne enfant », avec des fans qui sont là pour le jeu, et non pour se taper dessus – on en reparle après la nuit blanche passée à se réchauffer de la chaleur d’inconnus et l’hystérie de l’ouverture des portes. Le vrai fan ne compte pas les heures d’attente et les sacrifices, et c’est même quelque chose que je salue – et je pense encore à eux, coincés à 5° pour encore de longues heures. Entre admiration et stupéfaction. – On ne va pas se le cacher, si on me proposait l’équivalent pour Mass Effect, je serais disposée à considérer la possibilité de camper toute une nuit, et ce n’est guère différent de ceux qui campent devant les Apple Store à chaque sortie d’iPhone.

call-of-duty-ghosts-artwo-5253eccbc0a6a

Contenu de l’édition prestige de COD : Ghosts à remporter

C’est d’une part Activision, qui ne tient pas compte de l’échec de Milan : aucun blessé n’a été à déplorer, mais un stand détruit semble être un avertissement pourtant fort. Organiser une telle opération, lorsque l’on connait le succès du jeu – je pense bien qu’ils sont au courant, c’est quand même eux qui comptent les billets à la fin de l’année fiscale – et la force de la communauté, c’est défier l’ordre public, et potentiellement mettre en danger ces centaines de fans en .zip devant la porte.

Et c’est d’autre part l’organisation de la PGW. On veut bien admettre qu’ils ne devaient pas s’attendre à une surprise de cette taille, dépassés comme ils étaient avec la polémique des passes presse. Mais au niveau de la sécurité, quid ? Il y avait bien l’équipe qui sillonnait déjà les allées de la PGW, mais pour contenir le débordement d’une marée humaine, rien. Ce n’est juste pas acceptable, a fortiori quand on a la possibilité d’avoir un précédent dangereux. Et à part se fendre d’un communiqué qui fleure bon le ridicule – « ouuuuui, vous devrez avoir 16 ans et adopter une attitude caaaalme » -, on ne se sent pas vraiment en conditions optimales quand on voit que les barrières sont replacées sans ménagement, en étranglant un peu plus les campeurs.

Ca donne envie, hein, maman?

Ca donne envie, hein, maman?

Alors, faire le buzz, quel qu’en soit le prix ? Cet événement est un suicide programmé, et il ne faut pas être sorti de St-Cyr pour le deviner. Alors si quelqu’un a un début d’explication, je serais bien disposée à l’écouter. Comment peut-on nous prendre au sérieux quand on souhaite faire de la PGW un événement de référence, avec une telle inconscience événementielle ? Twitter se désole déjà, et entre les remarques condescendantes se creuse la véritable question, à laquelle nous n’aurons pas la réponse : pourquoi ?

Rendez-vous demain matin pour un point sur la situation.

MAJ : GOOD MORNING VIETNAM Paris, ça n’a donc pas manqué, Twitter n’a que ça à la bouche, votre midi va être pourri par des reportages qui font de tous les joueurs du monde des sauvageons incapables de se tenir. Pas de blessés, mais l’intervention des forces de police et des pompiers a été requise aux alentours de 9h30 sur le stand d’Activision. Par contre, les dégâts matériel sont plus lourds. La Porte de Versailles s’est transformée en reboot de 28 jours plus tard. On attend les chiffres de la police et des organisateurs de la manif. Tristesse et consternation.

Haaa l'odeur des zombies au petit matin

Haaa l’odeur des zombies au petit matin

PS : si toi non plus tu n’as pas réussi à dropper ton édition prestige dans le froid et la nuit blanche, tu peux te rattraper sur Le bon Coin. Ne me remercie pas, c’est cadeau.

Publicités

Une réflexion sur “[Actualisé] Paris Games Week 2013 : why Activision, why ?

  1. Pingback: Before the Storm : CoD Ghosts à la PGW, pieds glacés et nuit blanche | La Vie d'Hadès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s